• Facebook Social Icon
  • YouTube Social  Icon

© 2019 Sylvain Cazalbou

Crédits photos : Zakari Babel, Pamisire

Biographie

L’intention…

Je ne peux pas vivre sans la musique. Je ne peux pas m’en passer. Ma guitare m’accompagne, mes phrases sont mes compagnes, mes mélodies les portent. Au public, je délivre – le temps d’un CD, l’instant d’un concert – des histoires si communes et pourtant particulières, intimes, secrètes, indiscrètes. Mes chansons abordent l’amour, la vie, la mort, l’enfance, la société...

J’ai envie de dire des choses qui me touchent, mais dont je sais qu’elles peuvent toucher ceux qui m’écoutent. Il ne faut surtout pas tourner autour de son nombril, ça n’intéresse personne. Ce que je raconte de moi ou de ma vie doit devenir commun à la vie des autres. Prenez ce que vous avez à prendre… Je vous l’offre !

Repères...

Août 2016 : Participation au labo Chansons de Voix du Sud

Mars 2017 : Sortie de l’album Juste une pause

Mai 2017 : Sélectionné aux Rencontres d’Astaffort et première partie de Vianney

Tournée Juste une pause (14 dates) et magasins Cultura

Octobre 2017 : Rencontres Répertoires Voix du Sud

(encadrées par Daran et Jean Fauque )
Travail d’écriture avec Marc Esteve
Parrain et intervenant lors d’un stage pour auteurs compositeurs interprètes organisé par Jean-François Delfour (compositeur et réalisateur pour MC Solaar, Soon E-MC, David Jamait)
Collaboration artistique avec Michel Françoise

27 septembre 2017 : Sortie du 2e album Dans les pas

Il a bourlingué (marine embarquée, moniteur fédéral de plongée, championnats de France de rallye automobile, activité médicale...) tout en cultivant patiemment son talent. Son père était professeur de Lettres, par ailleurs romancier à succès, très attaché aux bons mots, aux belles phrases (« J’ai été bercé là-dedans »).

Sylvain Cazalbou jouait de la guitare depuis l’adolescence, en dilettante, sans jamais se produire sur scène. C’est en découvrant Francis Cabrel (son maître des mots), lors d’un de ses premiers concerts à Toulouse qu’il tombe sous le choc : « Les sujets abordés de manière apparemment très simple, pourtant souvent à double sens, le goût des mots bien choisis, finement mis en place… Tout est impressionnant dans son écriture. »

Il écrit une première chanson inspirée par son oncle et parrain, ancien déporté, en voyant à son chevet le numéro gravé sur son bras. Ce sera « Presque effacé » dont il envoie le texte à Simone Veil qui lui répondit un joli mot. A partir de ce moment-là, il n’a pas arrêté d’écrire et de composer. Cela a suffit pour démarrer une envie, un besoin musical. « Les événements de la vie nous poussent parfois, presque malgré nous, vers l’écriture, la composition, l’interprétation... La rencontre d’autres artistes, les labos chansons m’ont confirmé le chemin… » explique-t-il.

En 2016, pour parfaire son talent, il passe par le Labo Chansons de Voix du Sud. En 2017, il est accepté aux Rencontres d’Astaffort (parrainées par Francis Cabrel) et aux Rencontres Répertoire Voix du Sud.  Le loup solitaire apprend à écrire avec les autres. « C’était contre-nature pour moi. Je ne regrette pas de m’être fait bousculer. J’ai appris à oser aller plus loin sans me poser trop de questions. Ça a déclenché quelque chose en moi. » confie-t-il..

Puis, plus tard, c’est sa rencontre avec le parolier Marc Estève (Henri Salvador, Bernard Lavilliers, Juliette Gréco, Art Mengo, Maurane, Dick Rivers, Enrico Macias…) et de longues discussions sur la vie et sur l’écriture, qui va l’encourager et le rassurer sur sa condition d’auteur-compositeur-interprète.

Après son premier album Juste une pause en 2017 et la tournée qui a suivi, Sylvain Cazalbou confirme aujourd'hui avec son nouvel opus Dans les pas, un indéniable talent et une envie toujours intacte

Ses projets : l’enregistrement de titres des 2 albums en version acoustique (réalisation Pascal Rollando), la réalisation d’un livre-disque avec Marc Estève, la réparation d’un nouvel album de titres inédits pour 2020 et l’écriture de chansons pour d’autres artistes.